ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Document Numérique

1279-5127
 

 ARTICLE VOL 11/1-2 - 2008  - pp.7-9
TITRE
Éditorial

RÉSUMÉ
Le web 2.0 accompagné des technologies de l’interopérabilité a rendu la toile plus accessible et accéléré le développement de nouvelles applications riches tant par la nature des médias que par les fonctionnalités. Le document numérique est enrichi à la lumière des avancées technologiques, et peut être composé à partir de contenus distribués sur la toile. Les dimensions multilingues, multimédias et ontologiques peuvent plus facilement être appréhendées à travers les modèles et les architectures en vue de construire de nouvelles bibliothèques digitales. La mise à disposition de l’utilisateur de nouvelles possibilités pour construire et accéder à des contenus numériques répartis contribue à construire de nouveaux systèmes dont le but est entre autres de favoriser l’acquisition de connaissances par un plus grand nombre de citoyens. Le web 2.0 va très probablement faire émerger de nouveaux usages. Déjà, on constate que les blogs et les wiki par exemple occupent les cyber-espaces et sont perçus comme de nouvelles possibilités offertes pour améliorer l’échange collaboratif entre internautes. Toutefois, si les potentialités du web 2.0 semblent ouvrir une nouvelle ère, nous n’en sommes qu’aux balbutiements et certainement à un stade « artisanal ». On est en droit de penser qu’une évolution plus structurée va permettre de professionnaliser les usages et l’accessibilité. Dans ce contexte, les contenus, au coeur des ressources du web, nécessitent de nouveaux outils pour prendre en compte les nouvelles technologies du web. Ces outils doivent être envisagés aussi bien sur le plan théorique en revisitant les modèles actuels de la recherche d’information, de l’indexation et de l’accès aux contenus, que sur le plan technique en proposant de nouvelles architectures et de nouvelles fonctionnalités qui tireraient profit des technologies telles que les services web, les techniques de balisage collaboratif, les techniques de syndication pour ne citer que celles-ci. Le web 2.0 doit également modifier en profondeur les usages car la participation à la production des contenus se fait de façon collaborative et nécessite alors de nouveaux outils qui apportent une valeur ajoutée dans la chaine de production de contenus : création, gestion, accès, visualisation. Ce numéro de document numérique tente à travers des articles très diversifiés de montrer l’étendue de la problématique et l’élargissement du document numérique à travers cette notion de contenu que l’on retrouve dans de nombreux champs d’investigation qui vont des bases de données aux bibliothèques digitales. Nous avons décidé de retenir 7 articles que nous organisons en deux parties. La première partie regroupe les articles dans l’esprit habituel de « document numérique » où la dimension « document » voire « recherche d’information » est bien présente. La seconde partie se veut une ouverture sur des dimensions plus « sciences de l’information » pour approcher la problématique du contenu dans le web 2.0 autrement que par la simple transformation des représentations ou modèles de documents mais davantage à travers les usages et l’interprétation de l’information.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (94 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier