ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Document Numérique

1279-5127
 

 ARTICLE VOL 11/3-4 - 2008  - pp.7-8
TITRE
Éditorial

RÉSUMÉ
Alors même que les nouvelles technologies ont permis de transformer la notion de document numérique et d’enrichir les moyens de création et d’accès, des domaines particuliers comme celui de la musique ont connu des évolutions importantes dues à l’utilisation des technologies XML, mais ont aussi contribué à leur évolution ; ainsi, les travaux réalisés dans le cadre de SMDL (Standard Music Description Language) ont été repris dans Hytime (Hypermedia/Time-based Structuring Language). En musique, un nombre considérable de formats ont été proposés, chacun d’eux permettant de répondre à un besoin particulier de publication d’un aspect de la musique. Le choix du code utilisé est dicté par la finalité de l’application. Comme exemple de code nous pouvons citer : – Chordml pour la représentation des tablatures de guitare, – Midiml pour la production sonore, – Musicxml peut être vu comme un outil d’échange et un standard de facto étant donné qu’il est utilisé par un grand nombre de logiciels. Lorsque la partition musicale est la colonne vertébrale d’une oeuvre multimédia, la norme en devenir MPEG SMR doit être privilégiée. Documents musicaux est consacré à l’étude des différents langages proposés pour coder un ou plusieurs des aspects de la musique (logiques, visuels, sonores...). Les applications supportant les langages présentés sont également détaillées. Ce numéro propose les articles suivant l’application qui y est présentée. Les trois premiers articles concernent la création de documents musicaux : ils décrivent des éditeurs de partitions musicales originaux. Les trois suivants traitent une façon de les enregistrer pour les analyser, échanger ou rechercher des informations. Le dernier article propose une interaction spécifique pour l’exécution. L’article « Gsharp, un éditeur de partitions de musique interactif et personnalisable » de Christophe Rhodes et Robert Strandh présente les mécanismes à mettre en oeuvre afin que lors de l’édition d’une partition musicale l’interaction de l’utilisateur soit immédiatement prise en compte et visible sur la mise en page mais également que la réaction du système puisse être personnalisable facilement et simplement par l’utilisateur à tout moment. Cet éditeur libre est écrit en Common Lisp. Le deuxième article « Un format de partitions interactives » par Antoine Allombert traite essentiellement des contraintes temporelles et d’une proposition de format XML permettant de coder des partitions interactives.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (64 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier