ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Document Numérique

1279-5127
 

 ARTICLE VOL 13/2 - 2010  - pp.7-12
TITRE
INTRODUCTION. Systèmes d’organisation des connaissances hétérogènes pour les applications documentaires

RÉSUMÉ

Qu’est-ce qu’un système d’organisation des connaissances (SOC) ?

Issue du monde des bibliothèques (bibliothèques numériques en particulier), l’expression système d’organisation des connaissances (SOC, en anglais : Knowledge Organization System, KOS) « englobe tous les types de schèmes permettant d’organiser des informations et de promouvoir la gestion des connaissances » (Hodge, 2000). Les SOC « comprennent les schèmes de classification et de catégorisation qui organisent des matériaux à un niveau général, les vedettes-matière qui fournissent un accès plus détaillé, et les fichiers d’autorité qui contrôlent les variantes des informations clés telles que les noms géographiques et les noms de personnes » (ibid). Les SOC « comprennent aussi les vocabulaires très structurés, tels que les thésaurus, et les schèmes moins traditionnels, tels que les réseaux sémantiques et les ontologies » (ibid). Le tableau 1 présente une typologie des SOC proposée par Hodge (2000).

M. Zacklad (2007, 2010a, 2010b) a encore élargi cette acception des SOC en l’étendant à l’ensemble des formes d’écriture codifiées participant à la description documentaire primaire ou secondaire d’une situation (2010a). La description primaire est une modélisation originale selon des conventions associées à un langage de modélisation ou à un langage restreint utilisé dans un formulaire. La description secondaire correspond à l’analyse d’un contenu déjà présent dans un document dans le cadre des activités de documentarisation. Selon cette approche, les SOC englobent également les modèles entité-relation, les réseaux sémantiques, les taxinomies associées à des systèmes de classification, les thésaurus, les ontologies formelles ou sémiotiques, les folksonomies, etc. La notion de codification doit d’ailleurs ici être comprise dans un sens « faible » puisqu’elle inclut aussi les langages de description émergents issus des pratiques folksonomiques. Selon nous (Zacklad, 2010b), à son niveau le plus élémentaire, la codification consiste à utiliser une expression figée qui devient un idiomatisme pour référer à un élément de la situation transactionnelle ou du contenu.



AUTEUR(S)
Manuel ZACKLAD, Alain GIBOIN

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (143 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier